Samedi dernier, 16 mai, notre 29ème kukaï.paris s'est déroulé en présence de 20 participants. Sur les 60 haïkus échangés, 16 haïkus obtinrent une voix et les 16 autres plus plébiscités encore furent - et sont :

°

Ce silence / entre le tic et le tac / l'entendre aussi

- de Paul de Maricourt, qui fut, et de loin, le plus à l'honneur, avec 8 voix.

°

Herbes d'iris / accrochées à mes pieds - / lacets pour mes sandales !

- de Matsuo Bashô, obtint 4 voix, ainsi que :

le cri courbe / des martinets / ciel de mai

- de Daniel Py.

°

pêche à la grenouille - / le soutien-gorge rouge / de l'invitée

- de Michel Duflo, et

Premier fauchage / la rouille de l'année / disparaît dans l'herbe

- de Jean Antonini (haïku datant de 1982), obtinrent 3 voix.

°

Avec deux voix :

Boules de poils / Jour après jour l'homme et son chiot / L'homme et son chien - de Meriem Fresson,

Bruine / Une perle d'eau / Au bout des cils - de Cécile Duteil,

ce moignon pâle / l'iris que j'ai dessiné / tout l'après-midi - d'isabel Asunsolo,

de mes vieux carnets / les cendres / autour d'un semis - de Dominique Chipot,

Le regard de mon nounours / Après des décennies / Toujours le même - de Véronique Brulet,

l'escargot / acquiesce au printemps / puis se rétracte - de Nekojita,

Ni mer ni nuage / Un jour là et l'autre non / La plage sans nom - de Xavier Ramillon,

Paris pluie ~/ son nouveau né / dans sa chemise - de Philippe Quinta,

Petite plage / Sur la paume de ta main / Grains de sable blanc - de Xavier Ramillon,

Sous le divin nez / du divin Bouddha / pend une morve de glace - de Kobayashi Issa, et

venir sur terre / et repartir sans connaître / le nom des arbres ! - d'isabel Asunsolo.

°

En deuxième partie de séance, Dominique Chipot dévoila à l'assistance que Gilles Brulet (représenté par son épouse) et Philippe Quinta étaient les heureux vainqueurs du concours du recueil 2009 de haïkus de l'Association pour la promotion du haïku. Membres du jury : D. Chipot; isabel Asunsolo et Chantal Peresan-Roudil, qui, chacune présentèrent un des gagnants, et lurent quelques uns de leurs haïkus déjà publiés en un recueil commun sous le nom de Un instant face à face. Gilles et Philippe reçurent une dizaine d'exemplaires de leur recueil et un magnifique kakémono original. :

Le livre Un Instant face à face est fabriqué et fabricable sur commande chez thebookedition :

http://www.thebookedition.com/un-instant-face-a-face-brulet-gilles-et-quinta-philippe-p-17774.html

- Extraits :



jouet brisé - sa salive pour recoller

°

la petite fille se gave de chips et d'étoiles

°

ciel étoilé s'éloigner des lampadaires pour voir



= Philippe Quinta



°°°



rien que la pleine lune et la petite étoile au-dessus du toit

°



dernière feuille du cerisier le rouge-gorge



°

les nuages poussés par le vent une fourmi sur mon pied



= Gilles Brulet

° Toutes nos félicitations vont donc à ces deux poètes dont les envois furent choisis parmi un total de 19.

°°°

Le lendemain, dimanche 17, sous l'initiative de Philippe Quinta, venu à Paris pour l'occasion, nous fûmes 6 à aller déjeuner dans un restaurant indien jouxtant les Buttes-Chaumont, d'où nous entreprîmes, entre les gouttes, une promenade-haïkus, qui s'acheva autour de la table d'un café situé près de la mairie du XIX° arrondissement, à l'orée des Buttes, en lisant les productions inspirées par cette balade humide de printemps, le jeu étant d'essayer de reconnaître qui avait écrit quoi ! Deux personnes s'étaient jointes à nous entre temps. Ce fut, au total, un week-end fort riche en tercets et en rencontres ! Merci à toutes et à tous pour ces deux jours en poésie !

°

Signalons enfin que notre 30ème et prochain kukaï aura lieu le samedi 13 juin et le 31ème, juste avant les vacances estivales, le samedi 27 juin prochains !

Bonnes routes à tou(te)s jusqu'à nous revoir le mois prochain !

Amicalement en haïku, Daniel