kukai.paris, le point de rencontre des amateurs de haïkus en région parisienne

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 14 juin 2018

Suite et fin: Quelques nouvelles publications présentées lors du 137ème kukaï

« Le soleil endormi » , recueil de haïshas de Patrick Fetu (éditions Unicité)

Avec ce nouveau recueil de haïshas, Patrick Fetu poursuit une œuvre qui ne laisse rien au hasard et amène le poète à une réflexion profonde sur le monde qui l'entoure.

Le haïsha nous donne à voir et à penser le rapport poème / photo. Il revient au lecteur de faire le lien entre les deux, comme une étincelle qui jaillirait d'une évidence que chacun s'approprie émotionnellement en fonction de son vécu ou tout simplement de sa propre présence au monde.

Patrick Fetu est passé maître dans l'art du haïsha dont il a su explorer certains aspects, tels que solliciter l'inconscient du lecteur qui pourrait ensuite faire sens.

De cette manière « Le soleil endormi » est un ouvrage moderne qui s'offre au lecteur et qui ouvre comme un nouveau chemin dans la voie du haïsha. Un livre à découvrir !



François Mocaër

Suite de : Quelques nouvelles publications présentées lors du 137ème kukaï :

Parfum envolés, le recueil de haïkus de Philippe Macé est paru aux Editions Unicité, avec une préface de Michel Duflo dont voici un extrait :

Ses brèves histoires du temps qui passe, Philippe Macé les enregistre au plus près du réel, au ras des choses vues ou vécues dans l’éternel écoulement de la vie. Chez lui, ni fioriture ou artifice, ni grandiloquence ou bavardage. Rien que l’essentiel teinté parfois d’un sourire à peine esquissé, né d’une situation cocasse ou étonnante, souvent d’une bouffée de nostalgie lorsqu’un souvenir d’enfance remonte à la surface. Michel Duflo

Voici 3 haïkus tirés de ce recueil :

école déserte/ un chat à trois pattes / traverse la cour/

campagne morne / la voiture du curé / chez la voisine

sur les hortensias un papillon blanc bientôt bleu /

Amitiés, à toutes et tous…

jeudi 7 juin 2018

Quelques nouvelles publications présentées lors du 137ème kukaï :

Vient de paraître, aux Editions Pippa, un livre de Tôta Kaneko : Cet été-là, j’étais soldat… : les Mémoires de guerre d’un maître de haïku, suivi de quarante haïkus de l’auteur. Il a été traduit du japonais par Seegan (Laurent) Mabesoone.

Tôta Kaneko, qui vient de mourir, en février 2018, à l’âge de 98 ans, est considéré comme l’un des plus grands, sinon le plus grand des poètes du Japon contemporain. Il renouvela le haïku en le dégageant de sa rigidité formelle, et mit son talent au service de questions sociales, et milita pour la paix, jusqu’à la fin de sa vie

Cet été-là j’étais soldat… raconte son expérience tragique dans les îles Truk de l’océan Pacifique, en tant qu’officier de marine, au début de la deuxième guerre mondiale. Il y connut les atrocités de la guerre, la famine, et jusqu’au suicide de ses camarades. Trois mois après son arrivée, il y composa ce haïku :

Gyorai no marudô Tokage haimawata Rite sarinu

Sur le corps rond/ D’une torpille, un lézard/ Fait un tour, puis part./

Suit une sélection de 40 haïkus relativement récents de l’auteur parus sous le titre « Nichijô » (« Mon quotidien ») dans la revue littéraire « Kan », entre 2010 et 2015.

Ikusa aru na to Nige mizu wo oi No wo tadoru

Plus de guerre !/ De mirage en mirage,/ Avancer sur cette terre…/

Yuki tsumedo Hôshanô ari Ryûri kana

Sous la neige,/ toujours là, la radioactivité./ Exode./

Au total, un livre passionnant et instructif, tout à la fois !

… et Rendez-vous, le 18 août prochain, à la librairie Pippa, 6 rue Le Goff, Paris 75005, en présence de son traducteur Seegan (Laurent) Mabesoone, qui dédicacera cet ouvrage de son maître et ami !

Eventail de Haïkus, anthologie contemporaine, coordonnée par Daniel Py, Ed. Pippa, 2018.

Après Passion Haïku et Horizon Haïku, voici le dernier triptyque consacré au haïku francophone contemporain. 57 auteurs y figurent avec entre un et dix haïkus. Il ne nous est pas possible de citer, évidemment, un haïku de chaque auteur ! Mais vous les retrouverez, j’en suis certain, avec grand plaisir, en feuilletant ce recueil, superbement illustré par Louis Moreau.

Résultats du 137ème Kukaï Paris

En présence de 16 haïjins (dont un petit nouveau Jean-Hugues Chuix auquel nous souhaitons la bienvenue)et toujours dans la bonne humeur 32 haïkus furent partagés.

5 Voix

rue passante / l’élégance du mannequin / sans tête Jacques Quach

4 Voix

grève des trains / le sifflet du merle / sur le quai Marie-Alice Maire

l’arbre a refleuri / que dire de plus / à l’ami ? Isabelle Freihuber-Ypsilantis

nuit d’été / dans la douceur du vent / une rumeur de fête Jacques Quach

3 Voix

le ventilateur / dans la salle d’attente / personne ne souffle mot Annie Corrèzes

premiers rayons / l’escargot calligraphie / la table de jardin Patrick Fetu

2 Voix

Ascension Sociale / Le SDF pousse son caddie / vers les beaux quartiers Danièle Georgelin

déchetterie / le tapis bleu / des myositis Eléonaire Nickolay

des fleurs à la main / assis dans le métro / il pleure Philippe Gaillard

fête des mères / son fils lui apporte une rose / au cimetière Alice Schneider

Gare RER / un papillon / service minimum Jean-Hugues Chuix

le si doux bruit/ d’à petit feu /juste au-dessus du silence Daniel Py

toute ronde / sous la demi-lune / la tête du chat Isbelle Freihuber-Ypsilantis

1 Voix

Bureau de change - / elle tente de négocier / le taux du dollar Valérie Rivoallon

Cumulonimbus - / Loire et héron gris sombre / une barge s’agite Danièle Georgelin

culture bio / à perte de vue l’ondulation / des coquelicots Marie-Alice Maire

de la même couleur / que l’encre du livre / les pattes de la mouche Daniel Py

giboulées / une flaque de ciel / bleuit le trottoir Patrick Fetu

Orage / les pissenlits inondés / de pétales blancs Jean-Hugues Chuix

Parcours du jamin / autour de la tombe / l’odeur vivante Nicolas Lemarin

Pont Neuf / Brume de particules / le soleil rose sombre Dominique Durvy

Soir à Mollenbeck / un coupe-ongles / pour chasser les idées noires Dominique Durvy

sur un radeau / son piano flotte avec Chopin / dans la brume Philippe Gaillard

vieux supporters / les maillots / ont pris du ventre Philippe Macé

Notre prochain kukaï se tiendra le samedi 23 juin à 15h30 au Bistrot du Jardin, 33, rue Berger Paris 1er arrondissement.

vendredi 11 mai 2018

Changement de dates pour les 2 prochains kukaï!

Merci de bien vouloir noter les modifications de dates pour les 2 prochains kukaïs :

Samedi 02 juin au lieu du 26 mai Samedi 23 juin au lieu du 16 juin

Et toujours à 15h30 au Bistrot du Jardin 33 rue Berger

Nicolas LEMARIN: Appel à participer à l’acrostiche

Nicolas LEMARIN: Appel à participer à l’acrostiche Chers ami(e)s du Kukaï,

Afin de diversifier le nombre d’auteurs participant à l’acrostiche que je propose à la revue Ploc, je cherche deux à trois nouveaux haïjins pouvant être intéressés à ce jeu d’écriture croisée. Conf : sur le net voir : Ploc la revue du haïku n° 70 et 72) Projet pour les prochains numéros de Ploc, à partir de l’automne 2018.

Il s’agit d’arriver à créer une sorte de renku en s’inspirant du climat posé par le haïku classique servant de modèle à l’acrostiche, sans négliger les images portées par les haïkus précédant les vôtres… Pour ce troisième acrostiche chacun me proposera deux ou trois haïkus par lettre imposée. Ils vous seront présentés sous le couvert de l’anonymat et un seul sera sélectionné par les autres membres de l’acrostiche. Un peu comme au kukaï, sauf que je connaîtrai l’auteur des textes proposés à votre vote. Après sélection le nom de l’auteur sera dévoilé. Mais ne vous inquiétez pas, cela est très simple et je gérerai le tout et expédierai à chacun la lettre qui lui est destinée en évitant, tant que faire se peut , plus de deux fois la répétition de la même lettre.

En lisant cet appel à textes, un grand nombre d’entre vous doit se dire : - Mais dans ce petit jeu, où est la spontanéité ressentie par la lecture d’un haïku ?

Je réponds, si l’expression de votre texte ne vient pas de l’acuité immédiate de votre regard ou de la douceur de l’air d’une promenade , sa spontanéité résultera de l’attention que vous voudrez bien porter à l’écriture des auteurs vous accompagnant.

 
Après tout, pourquoi les images mentales ( si elles sont claires et simples ) seraient elles de moindre valeur  pour l’écriture d’un haïku francophone ?   Nous avons tous un panier de ressentis suffisamment bien rempli dans notre mémoire pour le dégarnir de quelques fruits à offrir aux autres.

Je dois encore vous faire sourire car évidemment ce qui prévaut dans notre vision d’un haïku, c’est sa simplicité. Mais j’espère bien que nous y arriverons à cette simplicité, avec votre aide…

Cordialement vôtre, Nicolas Lemarin Répondre à : n.lemarin@yahoo.fr

vendredi 27 avril 2018

Compte-rendu du 136ème Kukaï Paris

Compte-rendu du 136ème Kukaï Paris - 21 avril 2018

Pour le 136ème Kukaï de Paris 14 amoureux du haïku et le soleil était au rendez-vous. Nous avons échangé 42 haïkus.

Avec 4 voix:

vol low-cost/ au fond de l’avion/ un bruit de prières/ Philippe Macé

Avec 3 voix:

à la porte du Franprix/ le pigeon/ finit son sandwich/ Daniel Py



au pied du vase/ un pétale de tulipe/ déjà/ Christiane Bardoux

derrière la porte/ ton absence si présente/ je n’ose ouvrir/ Nicolas Lemarin

Entre deux mares:/ Les grenouilles/ en stéréo/ Danièle Georgelin

tout est tranquille/ la pendule/ parcourt le silence/ Daniel Py

Avec 2 voix :

au pied de l’arbre/ déraciné/ le migrant endormi/ Patrick Fetu

accoudé au zinc/ veste kaki élimée/ il refait sa guerre/ Patrick Fetu

ce nuage, lentement/ caresse la lune- / comme je l’envie !.../ Philippe Bréham

Maison des aïeux -/ Semées par le vent/ des nouvelles fleurs.../ Danièle Georgelin

mille et une nuits/ encore un conte pour l’enfant/ à l’hôpital/ Eléonore Nickolay

voisin abruti/ et pourtant sur son balcon/ quelques pensées/ Philippe Macé

Avec 1 voix:

année du chien - / nulle envie de me faire sucer/ jusqu’à l’os/ Minh Triêt Pham

cette vielle luciole/ elle cherche son chemin/ sans la lune/ Philippe Bréham

jour de canicule/ complètement à sec/ et à l’ouest/ Minh Triêt Pham

Jazz à la radio,/ Mes pieds dansent.../ Malgré moi/ Leila Jadid

Printemps inattendu -/ Après vingt ans de silence/ Le magnolia en fleurs/ Christiane Bardoux

sur les jonquilles/ l’ombre/ de ma grand-mère/ Minh Triêt Pham

sous l’abribus/ elle implore le printemps/ et l’autocar/ Philippe Gaillard

sur les pétales/ des gouttes de rosée/ artificielle/ Philippe Gaillard

tombé du ciel/ il a repris son envol/ le poète/ Leila Jadid

veille de novembre/ une feuille jaune se balance/ dans une toile d’araignée/ Daniel Py

voiture de police/ sur la vitre/ passent des nuages/ Philippe Gaillard

Bravo à toutes et à tous ! Eléonore Nickolay

Notre prochain kukaï aura lieu le samedi 26 mai à 15h30 au Bistrot du Jardin 33, rue Berger 75001 PARIS (participation : une consommation obligatoire + 2 €)

mardi 27 mars 2018

Compte-rendu du 135ème Kukaï

En présence de 20 haïjins et de Jonathan, jeune observateur avisé, 40 haïkus furent partagés dans la joie et la bonne humeur !

° 7 voix

parking souterrain / la panique du petit / papillon blanc : Eléonore Nickolay

° 6 voix

lune de la Saint-Jean / sa danse endiablée / à la surface du vin : Philippe Macé ménage de printemps / elle ôte de son lit / l’oreiller inutile : Evelaine Lochu

° 5 voix :

ciel d’hiver - / des pylones et des arbres nus :/ à l’encre de chine : Christiane Bardoux rosé, olives et chips - / je me bricole un printemps : Ben Coudert

3 voix :

basse-cour / dans la vieille baignoire / deux vrais canards : Jean-Paul Gallmann manteaux gris/ je m’habille / d’une ancienne douleur : Jacques Quach mimosa d’hiver / l’instant d’un sourire / elle me reconnait : Eléonore Nickolay nuit de printemps / les pinceaux de l’amie / orphelins : Annie Chassing

2 voix :

cannes anglaises / pourtant quand elles tombent / il jure en français : Patrick Fetu cour d’école / les cris d’une autre / génération : Isabelle Freihuber-Ypsilantis d’abord piqué / par son sourire / à l’hôpital : Philippe Gaillard dans l’arbre en bourgeons / le vieux héron s’est caché / pour mourir : Annie Chassing inondations / elle taille ses géraniums / sur la péniche : Philippe Gaillard L’arbre s’effeuille / voyageur immobile / passager du vent : Nicolas Lemarin

1 voix :

arbres nus - / pas de feuille non plus / sur l’échafaudage : Christiane Bardoux cheveux au vent / bébé sur le ventre / l’homme : Valérie Rivoalon contre plongée - / happé par ses yeux l’ivresse / des profondeurs : Ben Coudert foule anonyme / soudain le visage familier / d’une vieille comédienne : Evelaine Lochu fin de carême / le héron au guet espère / des tranches meilleures : Jean-Paul Gallmann froid printanier - / les fleurs du magnolia / béantes sous la neige : Danièle Georgelin le vent incessant / ne se pose jamais - / un moineau sur le fil : Catherine Noguès passerelle - / caresser le monde / minuscule : Valérie Rivoalon sur le galet sombre / la nacre incrustée / éloigne la grisaille : Catherine Noguès sur sa main / les guilis de l’escargot : Patrick Fetu

vendredi 23 février 2018

Résultats du 134ème kukaï de Paris – 17 février 2018

Résultats du 134ème kukaï de Paris – 17 février 2018

Pour notre deuxième kukaï de l’année, nous étions 17 en compagnie de Marie (9 ans) qui, sage comme une image, a fait un beau dessin et a réalisé ensuite des grenouilles origami. Inspirée par son papa poète et tous ces poètes autour d’elle, elle a écrit ceci:

les enfants crient dans la cour/ les profs ont mal à la tête/



tout le monde sur la table/ par terre, une gamelle/

Aux grands maintenant :

Avec 5 voix:

abribus/ une écolière fume/ l’air glacé de l’aube/ (Cécile DUTEIL)

ciel bleu –/ l’hélicoptère amène un cœur/ à l’hôpital/ (Valérie RIVOALLON )

Avec 3 voix:

champ de neige/ trois corneilles / une moitié de pie/ (Jacques QUACH )

derrière le rideau/ l’ombre du chat/ surveille la lune/ (Christiane BARDOUX)

Avec 2 voix:

le vol/ presque immobile/ du livre ouvert/ (Daniel PY)

l’or froissé/ d’une couverture de survie/ sur la neige/ (Monique SERRES)

prémices du printemps/ le jaune éclatant/ des jardiniers communaux/ (Eléonore NICKOLAY)

quel effet/ dans le cou ce baiser furtif/ du flocon/ (Patrick FETU)

retour de chasse/ la rosée du matin/ dans les poils du chat/ (Christiane BARDOUX)

tombe la neige/ la Parisienne en bottines/ aussi/ (Eléonore NICKOLAY)

vol lowcoast/ le poids du Bouddha/ (Jacques QUACH)

Avec une voix:

miaulements/ de toit en toit glisse/ la lune pleine/ (Cécile DUTEIL)

Descellant/ la lumière de la nacre/ première huitre/ (Monique SERRES)

en noir et blanc/ le film muet/ d’un épisode neigeux/ (Eléonore NICKOLAY)

échaffaudage -/ un gros nuage refuse/ d’en descendre/ (Michel DUFLO)

jardin tout blanc/ de lentes volutes/ s’élèvent de la tasse/ (Christiane BARDOUX)

Loin des bouchons/ le silence/ d’un soir de neige/ (Isabelle FREIHUBER YPSILANTIS)

le premier narcisse/ sans reflet dans le ruisseau/ (Annie CHASSAING)

la vieille luciole/ elle cherche son chemin/ sans la lune/ (Philippe BRÉHAM)

pieds dans la boue/ un parfum de mimosa/ sur ses mains gercées/ (Annie CHASSAING)

matin gris/ sous le voile d’hivernage/ un jaune citron/ (Annie CHASSAING)

nos sentiments/ piégés dans le miroir/ de l’ascenseur/ (Philippe GAILLARD)

nounours sous le bras/ le bambin ensommeillé/ trotte vers la crèche/ (Patrick FETU)



première neige -/ son regard d’enfant/ encore plus bleu/ (Isabelle FREIHUBER – YPSILANTIS)

pluie de janvier - / une fillette s’endort/ pour l’éternité/ (Michel DUFLO)

plus de neige/ les détritus/ (Valérie RIVAOLLON)

près de l’autoroute/ les fumées du village/ si loin/ (Jacques QUACH)

réchauffement/ entre deux Corée/ -30° ressentis aux J.O./ (Daniel PY)

Saint Valentin -/ son amant dort/ à côté de sa femme/ (Valérie RIVAOLLON)

trottoir mouillé/ les pas chahutent/ le ciel/ (Philippe GAILLARD)

vent et pluie/ pluie et vent/ on se dispute mes os/ (Michel DUFLO)

visite médicale/ sur la balance prudemment / je pèse mes maux/ (Philippe MACÉ)

Bravo à toutes et à tous ! Eléonore Nickolay

Notre prochain kukaï aura lieu le samedi 24 mars à 15h30 au Bistrot du Jardin 33 rue Berger 75001 PARIS (participation : une consommation obligatoire + 2 €)

A noter : 7 mars : les Haïkoustics liront des haïkus pour dénoncer les violences affligées aux femmes. Exposition de haïkus de Jo Pellet et de Valérie Rivoallon et des peintures de Simba Tendassin à l’atelier d’artistes Bateau Libre, Centre Léon Blum 132 rue Martre à Clichy (Métro ligne 13, station Mairie de Clichy, bus n°54, arrêt Léon Blum).

9 et 10 mars à 15h30 : lancement du recueil collectifs de haïkus francophones Secrets de femmes sous la direction de Danièle Duteil et animé par Janick Belleau, à la librairie PIPPA, 6 rue le Goff, Paris 5ème. Et du jamais vu ni entendu : Haïku Flash Mob – Mobilisation éclair lecture haïkus en extérieur à 17h et 18h.

10 mars 13H30 2018: lancement du recueil de tankas De l’encrier à la plume d’Isabelle FREIHUBER-YPSILANTIS à la librairie PIPPA, 6 rue le Goff, Paris 5ème.

samedi 27 janvier 2018

Résultats du 133ème kukaï de Paris – 20 janvier 2018

Pour notre premier kukaï de l’année, nous étions 16 venus de la région parisienne, mais aussi de Fécamp et de Rennes. 48 haïkus furent échangés.

Lire la suite

dimanche 3 décembre 2017

Compte-rendu du 132e kukaï de Paris (2/12/17)

Bonjour!

Lire la suite

samedi 18 novembre 2017

Compte-rendu du 131e kukaï de Paris (18/11/17)

Bonsoir !

Lire la suite

dimanche 15 octobre 2017

Compte-rendu du 130e kukaï de Paris (14/10/17)

Au bistrot du Jardin, 75001. 14 présents. 41 haïkus échangés. 22 distingués avec 1 voix ou plus :

°

Avec huit (8) voix :

-

appuyée sur son reflet

la passagère endormie

: Jacques Quach.

°

Avec trois (3) voix :

-

Canicule -

Les touristes se traînent...

d'une ombre à l'autre

: Danièle Etienne-Georgelin ;

-

chi-kong au bois

entre mes bras

les cris d'une corneille

: Daniel Py ;

-

octobre rose ~

le rendez-vous de mammo

encore reporté

: Marie Barut.

°

Avec deux (2) voix :

-

bouquet d'automne

une rose penche

vers le miroir

: Jacques Quach ;

-

Douceur d'automne

Avec une carte postale

Sortir les punaises

: Monique Leroux Serres ;

-

Excepté le cri

de l'oiseau dérangé

tout le ciel est bleu

: Monique Leroux Serres ;

-

miettes de croissant -

cette amitié naissante

avec le rouge-gorge

: Michel Duflo ;

-

pluie sur la véranda

d'un long soir d'automne

le délicieux ennui

: Philippe Macé ;

-

tumeur -

bientôt les jours d'hiver

peut-être

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis ;

-

une étoile

puis une autre puis une autre

puis le froid

: Patrick Fetu.

°

Avec une (1) voix :

-

anniversaire -

un bouchon de champagne

percute la lune

: Michel Duflo ;

-

arbres -

certains plus frileux

que d'autres

: Valérie Rivoallon ;

-

de la mise en plis

au caniche

un blanc parfait

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis ;

-

feuilles jaunes -

l'automne s'obstine

dans mes cheveux

: Valérie Rivoallon ;

-

file devant le glacier -

été indien

: Annie Chassing ;

-

mi-juillet

d'un jouet de plage à l'autre

un papillon

: Daniel Py ;

-

ombres des feuillages

dans leur balancement

des taches de soleil.

: Philippe Bréham ;

-

Pigeons et buveurs -

Dans la place vide

résonnent leurs cris

: Christiane Bardoux ;

-

premier octobre

changeant la coccinelle

au mur

: Daniel Py ;

-

Rinçage des verres

Un évier de bulles et de reflets

La vie en somme

: Monique Leroux Serres ;

-

rue endormie

le show dérisoire

du feu rouge

: Jacques Quach.

°

Notre prochain kukaï de Paris se tiendra le 18 novembre.

°

dimanche 10 septembre 2017

Compte-rendu du 129e kukaï de Paris

Compte-rendu du 129e kukaï de Paris du 9/9/17. En présence de Janick Belleau, notre invitée d’Honneur (Québec), de Martine Gonfalone, (ex-présidente de l’AFH – 2010-16), de Pasquale Noizet, nouvelle venue, soit de 28 (!) participants au total – record battu ! – , 56 haïkus ont circulé, 36 d’entre eux ont obtenu une voix ou plus :

°

Avec neuf (9) voix :

nouveaux voisins

des bulles de savon

traversent la clôture

: Christiane Ranieri.

°

Avec huit (8) voix :

Fin du marché

le marchand de collants

remballe ses jambes

: Monique Junchat.

°

Avec quatre (4) voix :

fin d’orage

elle ouvre sa fenêtre

au chant du merle

: Cécile Duteil ;

herbe jaunie

dans les yeux du chat

la lassitude

: Danièle Duteil ;

papillon –

le chat vole

pour l’attraper

: Valérie Rivoallon ;

Paris by night –

Les gouttes de pluie du pare-brise

passent au vert

: Daniel Etienne-Georgelin.

°

Avec trois (3) voix :

dans le sens des retours

les têtes noires

des tournesols

: Eléonore Nickolay ;

En jachère

le champ est plein

d’imagination

: Monique Junchat ;

Sous le ciel plombé

une voix de jeune fille

« Toi, ta gueule ! »

: Danièle Duteil ;

vieux cimetière –

entre deux stèles

l’ombre d’une poussette

: Minh-Triêt Pham.

°

: soit 9 haïkus féminins au 10 premières places ! Bravo les filles !

°

Avec deux (2) voix :

canicule chez le coiffeur –

une pluie rafraîchissante

de cheveux blancs

: Antoine Gossart ;

don à Emmaüs –

dans la veste de mon père

des pièces d’un franc

: Philippe Macé ;

la vieille carcasse –

une jolie bergère

pour l’ami tapissier

: Jacques Quach ;

mariage au Louvre –

le sourire de la mariée

énigmatique

: Philippe Macé ;

Nouée d’herbes folles

la borne moussue

n’indique plus rien

: Nicolas Lemarin ;

nuit d’été

une chouette se mêle

de nos bavardages

: Eléonore Nickolay ;

paix en montagne –

seule la radio témoigne

du chaos du monde

: Antoine Gossart ;

Plage – le soir

Jeux d’enfant et de lumière

dans les éclaboussures

: Monique Leroux Serres

Rêve de Maldives –

Seule dans le couloir bleu

De la piscine

: Christiane Bardoux ;

sous le noyer

les fourmis la croient morte

– fin de l’été

: Valérie Rivoallon ;

Tango !

Un petit paradis

Sur pieds

: Catherine Noguès ;

Zen en Avignon

les cigales récitent

leur mantra

: Philippe Gaillard.

°

Avec une (1) voix :

Bientôt l’automne

Le vent emporte les feuilles

Et mes rêves…

: Leila Jadid ;

braver les épines –

tendues vers les mûres

ses petites mains

: Michel Duteil ;

Couché dans l’herbe

Son sourire de paille

Ecarte les nuages

: Catherine Noguès ;

crématorium

les larmes de joue en joue

: Patrick Fetu ;

échangistes

sur le pont du bateau

couples de photographes.

: Marie-Alice Maire ;

Foudroyé –

Le côté mort soutient

les branches aux prunes

: Danièle Etienne-Georgelin ;

jour anniversaire –

il enflamme ma crêpe

et mon coeur

: Christiane Ranieri ;

le ciel

carré entre les tours

pour l’infini – l’oiseau

: Lise-Noëlle Lauras ;

Manège bâché

quelques flaques de pluie

l’enfant boude

: Nicolas Lemarin ;

mouette railleuse –

descendant les ruelles blanches

le bleu du soir

: Cécile Duteil ;

plage naturiste –

se cacher derrière

ses lunettes de soleil

: Minh-Triêt Pham ;

Seul regard de réconfort

Celui de la statue…

: Leila Jadid ;

soir d’été

le bruissement des blés glisse

sur le silence

: Philippe Bréham ;

Sur le canapé

deux brindilles argentées –

du chat les vibrisses

: ?

°

Après l’introduction « bio-biblio-graphique » de Janick, de Martine, de Pasquale, différents ouvrages ont été présentés dont certains de Janick Belleau et de Danièle Duteil, de Christiane Ranieri, de Valérie Rivoallon, de Minh-Triêt Pham, de Patrick Fetu, de Daniel Py et du kukaï de Paris (: 2 anthologies, 2010, 2014).

Christiane Ranieri nous fit part du premier kukaï alsacien (co-organisé par Jean-Paul Gallmann), qui aura lieu les 20 et 21 octobre prochain – Si vous êtes intéressé(e), rapprochez-vous d’elle pour les détails et modalités !

Pasquale Noizet nous a distribué un dépliant pour les Portes Ouvertes des artistes de Ménilmontant (dont elle fait partie, en tant que peintre) qui se tiendra entre le 29 septembre et le 2 octobre.

Notre amie peintre-plasticienne Véronique Arnault (absente au kukaï) nous avait fait part de son exposition « Promenade avec Jean Monnet » (« fondateur de l’Europe ») du 15 septembre au 12 octobre, à la Maison Jean Monnet de Bazoches sur Guyonne (78), avec le vernissage le samedi 16 sept. 2017, de 17h à 20 h. S’inscrire auprès d’elle sur https://jean-monnet.fr/.

Nos prochains kukaïs auront lieu les samedis :

14 octobre 2017

18 novembre

2 décembre (en présence de Jeanne Painchaud, du Québec.)

°

dimanche 25 juin 2017

Compte-rendu du 128e kukaï de Paris

du 24 juin 2017, au Bistrot du Jardin (33 rue Berger, 75001).

En présence de 18 personnes, 34 haïkus ont été échangés. 23 ont obtenu une ou plusieurs voix : 3 à 4 voix, 9 à 3 voix, 4 à 2 voix et 7 à 1 voix.

°

Avec 4 voix :

-

métro bondé -

la mouche affolée

cherche une place

: Philippe Macé ;

-

son sourire

d'une oreille à l'autre

- mousse au chocolat

: Patrick Fetu ;

-

un tour chez IKEA -

meubler le vide

d'un dimanche

: Philippe Macé.

°

Avec 3 voix :

-

entre les deux rosiers blancs

un papillon blanc ?

: Daniel Py ;

-

Jour d'été -

un coquelicot s'enracine

à la grille d'égout

: Danièle Etienne-Georgelin ;

-

le bleu du lin

caresse

le bleu du ciel

: Philippe Gaillard ;

-

le bruit sombre du clapot

cendres dispersées

: Patrick Fetu ;

-

merle en silhouette

le choeur de l'aube

entonne le jour

: Eléonore Nickolay ;

-

Métro du soir

L'odeur du lilas

Répand des sourires

: Christiane Bardoux ;

-

polar -

sur la page du crime

une tache de vin

: Minh-Triêt Pham ;

-

rappel de paiement

le sourire du facteur -

gratuit

: Eléonore Nickolay ;

-

sentier fleuri -

deux chiens se reniflent

le derrière

: Michel Duflo.

°

Avec 2 voix :

-

deux cyprès penchés

tendrement vers la lune

écoutent un piano

: Philippe Bréham ;

-

fête médiévale -

toujours sur sa tablette

le chevalier

: Minh-Triêt Pham ;

-

sous la canicule

les jardins morts de soif

les migrants aussi

: Annie Chassing ;

-

une feuille vert tendre

de plus à l'arbuste...

une aile de papillon

: Marie-Alice Maire.

°

Avec 1 voix :

-

Canicule -

Le chat tire un maillot humide

de l'étendoir

: Danièle Etienne-Georgelin ( - "retravaillé".)

-

dans le mauve

du bougainvillier

déjà l'été

: Michel Duflo ;

-

dans son esprit

le temps

ramassé

: Valérie Rivoallon ;

-

fête de la musique -

l'aube

sans le merle

: Annie Chassing ;

-

Jacquemart-André

Les Vénitiens de Tiepolo

Etudient le menu

: Dominique Durvy ;

-

jardin de ville

le gendarme joue

à saute-mouches

: Marie-Alice Maire ;

-

pluie torrentielle -

abritée sous le ceiba

l'araignée sous moi

: Valérie Rivoallon.

°

Nous remercions Annie Chassing de nous avoir confectionné - et distribué des grenouilles en origami !

Nous saluons Ben Coudert, venu au début de notre séance nous présenter son premier (et dernier) né : La revanche des petits riens, Ed. Unicité, 2017.

D'autres recueils ont été présentés :

Entre Ciel et Mer, de Patrick Fetu (Ed. Unicité),

Alsace-Vietnam, de Christiane Ranieri et Minh-Triêt Pham (Ed. Unicité),

Haïku, vol. 1 ("La Culture Orientale") de R.H. Blyth, traduit en français par D. Py (Ed. Unicité.)

Passion Haïku et Horizon Haïku, deux anthologies contemporaines de haïku, Ed. Pippa (2017).

°

Certains d'entre nous sommes enduites allés à la librairie Pippa, pour une lecture par le groupe "Haïkoustics" (en l'occurrence Valérie Rivoallon et Philippe Gaillard) de haïkus de recueils publiés (ou republiés) en 2017 : En plus d'extraits d'Alsace-Vietnam et d'Entre Ciel et Mer mentionnés plus haut, ont été lus certains de Bulles de Musique de D. Py (Ed. Pippa, 2013, 2017) et de Les Haïkus de la Corde à linge (Dir. Danièle Duteil) de la revue Rivalités (Québec), janv. 2017.

°

Nos prochains kukaïs auront lieu les :

9 septembre 2017

(en présence de Janick Belleau et Danièle Duteil, qui présenteront leur recueil de "tankas doubles" : de Villes en Rives, Ed. du tanka francophone, fév. 2017.)

14 octobre

18 novembre

16 décembre.

°

Merci ! Et bel été à tous !

°°°