En présence de 15 poètes et poétesses (dont deux nouvelles, Sophie Alleigre et Sophie Masson auxquelles nous souhaitons la bienvenue) et toujours dans la bonne humeur 45 haïkus furent partagés.

7 voix :

Soleil d’hiver / Le ficus écarte / un coin du rideau (Jean-Hughes CHUIX)

4 voix :

cent ans, juste une bougie / le souffle fragile / glisse sur la cire (Bernard PIKEREON)

3 voix :

blues de l’hiver / elle essaie un autre mélange / de couleurs (Eléonore NICKOLAY)

miroir grossissant / le dedans aussi / me saute aux yeux (Monique JUNCHAT)

2 voix :

cette nuit / le son des ciseaux / autour des timbres (Daniel PY)

jour de lessive / j’étends ma flemme / au fils des jours (Bernard LASCAR)

Le vent joue dans les ailes / Deux hommes dansent sur la plage / avec leurs cerfs-volants (Sophie ALLEIGRE)

Mort de Kirk Douglas / Sur un banc au soleil / trois vieillards commentent (Danièle GEORGELIN)

piano dans les bois - / les crosses des fougères / s’interrogent (Philippe GAILLARD)

Saint-Valentin / en face à face / avec sa belle-mère (Valérie RIVOALLON)

1 voix :

bistrot des Canuts / le vieil homme seul s’installe / pour un verre à soi (Bernard PIKEREON)

carnaval / dans la foule les masques / de protection (Eléonore NICKOLAY)

demi-lune / l’ongle de mon pousse / part dans l’eau du bain (Monique JUNCHAT)

étalage / tentée par un melon / et le vendeur (Monique JUNCHAT)

Eclair gris, l’oiseau / A plongé dans la ramée / au cœur du secret (Sophie MASSON)

fièvrier ; / c’est la cas / covi-19 / de le dire ! (Daniel PY)

le crabe éclabousse / son eau de mer / premier de l’an (Bernard LASCAR)

Loire en février - / Bravant le courant / les canards s’accouplent (Danièle GEORGELIN)

La poussière / dans un rai de lumière / je réfléchis (Sophie ALLEIGRE)

le fourgon mortuaire / roule lentement / sur une pomme de pin (Daniel PY)

le vieux vinyle grésille / giboulée de grêle / sur la sonatine (Bernard PIKEREON)

métro bondé / entre deux têtes / mille autres têtes (Philippe MACÉ)

nouvel amant / elles s’inscrit / au cours de gym (Philippe MACÉ)

Printemps / chaque soir un peu plus / Le jour vieillit (Nicolas LEMARIN)

Que de la grisaille / entre ciel et Loire / L’aigrette blanche s’envole (Danièle GEORGELIN)

un échiquier d’ébène / ombre et lumière / la vie passe (Françoise CATTANEO)

Le prochain kukaï de Paris aura lieu le samedi, 28 mars au bistrot du Jardin (1er étage), 33 rue Berger. Nous commencerons à 15h30. Entrée : une consommation obligatoire + 2 € par personne. Apportez 3 haïkus (thème libre). Selon le nombre de participants, nous verrons si nous utilisons 2 ou 3 haïkus. Au plaisir de vous y rencontrer, Eléonore, Michel et Patrick. / Pour pouvoir commencer le kukaï à l’heure, merci d’arriver déjà entre 15h et 15h15 au plus tard.